Ma vie en vert : la « bio attitude »

Du lever au coucher, il est possible d’avoir une attitude orientée vers le bio. Mettez-vous donc pour vingt-quatre heures dans la peau d’une personne qui voit la vie en vert…

Au saut du lit

Dès que le réveil sonne, sautez sous la douche – plus rapide que le bain, elle consomme surtout beaucoup moins d’eau – et utilisez des produits de soin certifiés bio. Plusieurs labels existent : Écocert, qui assure des produits naturels, sans additifs chimiques ni organismes génétiquement modifiés ; Nature et Progrès, qui exige l’utilisation de matières premières végétales, ou encore Cosmebio, en rapport étroit avec Écocert. Mieux, si vous vous sentez l’âme d’un petit chimiste, vous aurez confectionné vous-même vos produits, à base d’huiles essentielles bio et de matières naturelles. Le savon d’Alep qui sèche près de votre évier témoigne que vous connaissez les bienfaits de la simplicité, et la pierre d’alun qui vous sert de déodorant est quasiment inusable.

Des repas plus que diététiques

Du petit-déjeuner au dîner, vous ne consommez que des produits de saison. Vos fruits et légumes sont achetés dans une Amap (association pour le maintien d’une agriculture paysanne – http://www.reseau-amap.org/) où vous allez vous approvisionner une fois par semaine. Vous avez ainsi découvert des aliments remis au goût du jour, comme le topinambour, et vous avez même quelquefois donné un coup de main directement sur le terrain de votre producteur. Voilà qui compense agréablement le fait de ne pas avoir de potager sur votre balcon ! Sur place, il vous arrive même de trouver des œufs, voire de la viande. Sinon, vous vous servez au marché, vous trouvez que les produits bio y sont plus frais qu’au supermarché, où ils sont emballés sous vide, dans des sacs en plastique polluants.

Dans votre cuisine, vous préparez des repas en grande quantité, dont vous surgelez une grande partie. Vous y gagnez en temps, mais aussi en consommation d’énergie. D’ailleurs, le four solaire que vous avez installé non loin de la fenêtre vous sert à faire mijoter les petits plats pour le week-end…

L’heure du ménage

Quand vient l’heure de nettoyer, pas question de laisser tremper vos mains dans des produits ménagers agressifs à la composition incompréhensible. Un peu de vinaigre blanc, du savon de Marseille, de l’huile essentielle de lavande de temps en temps, et voilà un intérieur propre qui ne sent pas le parfum de synthèse. Les noix de lavage attendent à côté de votre lave-linge, en compagnie d’une boule de lavage qui bat vos vêtements avec autant d’efficacité que les lavandières d’antan – pour nettement moins d’efforts.

Dans votre garde-robe

Les matières synthétiques n’ont pas droit de cité chez vous. Vous vous sentez à l’aise dans des tenues en coton, en lin ou en bambou. Vos pulls sont en pure laine et vous êtes capable de dire lesquels sont en poils de mouton ou de chameau.

Au travail

Sur la route, vous avez pris le vélo ou les transports en commun, pour ne pas polluer inutilement. Mais une fois au travail, pas question de céder à l’attrait de la facilité. Vous avez installé Ecofont (www.ecofont.nl/telechargement_ecofont_fr.html) sur votre ordinateur, une police d’imprimante qui, grâce à des microtrous dans ses caractères, permet de consommer moins d’encre. Vous n’utilisez pas n’importe quelle encre non plus : vous avez convaincu votre employeur d’acheter des cartouches à base de soja et vous vous intéressez de près au dernier prototype d’imprimante qui peut fonctionner avec du marc de café : voilà qui déculpabiliserait d’utiliser la cafetière. Bien sûr, vous utilisez depuis longtemps déjà du papier recyclé, de même que des stylos ou des crayons écoconçus. Même les classeurs sont écolos maintenant, donc vous n’avez vraiment plus d’excuses pour ne pas travailler en respectant l’environnement. À la maison comme au bureau, vous triez bien sûr vos déchets, même si vous n’avez pas encore réussi à faire installer un composteur dans le coin repas de votre société.

Le soir venu

Quand la nuit tombe, il y a déjà longtemps que vous n’allumez plus d’ampoules classiques. Celles à économie d’énergie vous satisfont pleinement, et vous vous contentez même parfois du romantisme d’une bougie. Et quand vous éteignez, vous savez que vous avez contribué un peu plus à préserver la planète…