Logement étudiant, les clés pour choisir

Lâchés dans la jungle de la location, les étudiants regrettent souvent leur choix après coup. Voici quelques conseils pour ne pas se tromper.

À peine majeurs pour beaucoup, voire pas encore pour certains, les jeunes se retrouvent du jour au lendemain lâchés dans le fouillis des locations immobilières. Si les offres sont légion, les déceptions sont encore plus nombreuses ! Loyers et charges exorbitants, superficie exiguë, vétusté des lieux et chauffage défaillant, pour ne citer qu’eux, sont autant de mauvaises surprises qui attendent bien souvent les jeunes locataires. Dans le privé comme en logement conventionné, il est alors essentiel d’ouvrir l’œil.

Tenir son budget

Commencez par établir votre budget, sachant que vous pourrez ensuite éventuellement bénéficier d’une aide financière de la CAF selon votre situation. Ceci étant fait, vous pourrez centrer votre recherche sur des logements correspondant à vos moyens. Mais attention aux faux frais !

Si votre budget disponible est de 400 € grand maximum, visez des annonces affichées entre 300 et 350 €. Outre le loyer, vous devez en effet penser aux charges diverses que sont l’électricité, l’eau, le chauffage, l’entretien des parties communes, de même qu’un abonnement internet, désormais incontournable pour étudier chez soi. En amont des visites, contactez donc les bailleurs pour obtenir le détail des charges comprises dans le loyer. Des informations que vous compléterez ensuite en demandant à consulter le relevé des charges locatives de l’année précédente. Quant au coût énergétique de l’habitation, vous pouvez l’évaluer grâce à l’étiquette énergétique aujourd’hui obligatoire sur les annonces immobilières, mais aussi en passant un coup de fil à l’ancien locataire. À noter : n’oubliez pas de tenir compte du coût des transports entre votre futur domicile et votre lieu d’étude, de même que de celui du stationnement sur place si vous avez un véhicule.

Le prix du confort

Plus le budget est maigre, plus il faudra revoir à la baisse vos prétentions locatives. Toutefois, tout n’est pas acceptable pour autant ! La loi impose qu’un logement loué fasse au moins 9 m2 et respecte des conditions de décence (vétusté, de propreté…). Ce qui n’empêche pas certains bailleurs d’enjoliver le tableau sur le papier… Lors de la visite, observez alors attentivement les lieux, notamment dans la cuisine et la salle de bains, pièces sujettes aux moisissures. À cet égard, inspectez aussi les fenêtres et recherchez toute trace d’humidité. N’hésitez pas non plus à ouvrir chaque placard, à tester chaque poignée et à faire fonctionner chaque robinet pour constater leur bon état de fonctionnement. La présence et le positionnement des prises électriques et de téléphone sont également importants.

À vérifier

Ne vous laissez pas subjuguer par une peinture fraîche, poussez vos investigations plus loin : – la production d’énergie : renseignez-vous sur le mode de chauffage et vérifiez quels types de convecteurs sont installés et où. – l’isolation phonique : quelques instants de silence vous permettront de savoir si vous entendez les voisins. – l’espace extérieur : parce qu’un logement s’apprécie aussi par rapport à son environnement, promenez-vous dans le quartier pour vous imprégner de l’ambiance et repérer les commerces et les lignes de transport en commun. À noter : soignez votre dossier de candidature et soutenez-le sur plusieurs annonces !