La fièvre, un signal d’alerte méconnu

Pas toujours facile de gérer la fièvre de son enfant lorsqu’il est malade ! Entre idées reçues et bons réflexes, on vous dit tout… Lorsque la fièvre pointe le bout de son nez, c’est la panique à bord ! Pourtant, ce symptôme est une réaction naturelle de l’organisme qui permet de lutter contre les infections. S’il existe bien un seuil au-delà duquel il est important de traiter la poussée, la plupart du temps, il est vain de s’inquiéter avec exagération.

Un symptôme pas si dangereux

Une température corporelle normale avoisine les 37 °C et l’on considère qu’il y a de la fièvre lorsqu’elle atteint les 38 °C. Synonyme de maladie pour beaucoup de parents, elle joue pourtant un rôle important dans la guérison. En effet, cette augmentation naturelle de la température du corps permet de stimuler les défenses immunitaires pour lutter contre le virus et l’infection.

Dans la majorité des cas, la fièvre disparaît d’elle-même sans qu’il soit nécessaire de recourir à la médication. De même, la température n’est pas un indicateur de la gravité de la maladie. Simplement,  plus elle est élevée, plus il y a de chances que l’infection soit d’origine bactérienne.

Quand consulter et soigner ?

Les idées reçues vont donc bon train lorsqu’il s’agit de gérer la fièvre chez l’enfant. Quand faut-il administrer un médicament et quand faut-il consulter un médecin ? Autant de questions auxquelles les parents n’ont pas toujours les bonnes réponses… Une étude Harris Interactive, réalisée en mai dernier en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne auprès de mille parents, a en effet démontré que ces derniers n’avaient pas toujours les bons réflexes. Ils sont en effet près de 75 % à paniquer lorsque la température de leur enfant atteint les 37,9 °C. Or, les médecins et l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) s’accordent sur le fait qu’il n’est nécessaire de traiter la fièvre avec un médicament que lorsqu’elle dépasse le seuil de 38,5 °C. Le paracétamol, l’aspirine ou l’ibuprofène sont alors de rigueur. De la même façon, si l’enfant a moins de 3 mois, il est important de le faire examiner à partir de 38 °C et de ne surtout pas lui donner d’ibuprofène. Chez les autres, l’urgence est caractérisée lorsque la fièvre atteint 41 °C.